WE dans le Cañon del Colca

Publié le par Moustikus

     Nous sommes le samedi 17 novembre, 5h20 du matin, c'est le grand départ pour le Cañon del Colca avec Anne (notre nouvelle coloc québécoise) et François. Je n'ai dormi que 2h la "nuit" dernière, tout va bien...!

      La matinée sera consacrée à un trajet en bus en deux parties: un sur route et un sur piste. Nous arriverons à Cabanaconde vers midi où nous mangerons avant de suivre notre guide. Les paysages le long de la route sont déjà fabuleux...

       La rando doit durer 3 jours: le premier jour on descend 1300m environ, le deuxième on remonte pour redescendre, et le dernier jour on remonte les 1300m. Le guide nous assure que le pire jour c'est le premier et j'ai eu tord de le croire; pour moi ce fut de loin le 2ème!!

       La rando commence tranquillement, on est sur les hauteurs du canyon. Des vues magnifiques! Ce canyon est en effet le second plus profond du monde avec 3191m, battu de justesse (de moins de 200m) par un canyon voisin, le Cotahuasi.

DSCN3036.JPG

    On aperçoit quelques condors au passage, mais trop lointains pour être pris en photo... et ce furent d'ailleurs les seuls que nous vîmes, ce n'est pas la saison où ils sortent le plus.

      Puis on commença l'interminable descente (et ceux qui ont déjà marché avec moi savent à quel point j'adore les descentes... :-P ).


      Heureusement le guide arrive parfois à me faire oublier que mes genoux sont en train de me lâcher en nous racontant la vie des condors, et en nous expliquant la fonction de toutes les plantes qui nous entourent, super instructif! On verra même des petits geysers sur la fin du trajet.


    Allez, encore un effort, notre logement pour la nuit est au fond, il faut remonter puis redescendre jusqu'au croisement des deux rivières. Là-bas un bon repas nous y attend, dans un lieu complètement paumé, le dodo m'appelle bien vite...

    Le lendemain, superbe paysage au réveil (j'aime!), il y a même des colombes.


    Ca nous fera presque oublier que le coq nous crie dans les oreilles depuis 3h30 du matin, en concerto avec les 2 chiens...

    Il est à peine 7h30 lorsque nous mettons les voiles, et le soleil tappe déjà bien. Première partie de la journée: montée, montée, montée. C'est là que ça se corse pour moi. Je ne me suis visiblement pas refait à l'altitude et manque toujours autant d'entraînement, je galère complètement car je suis vite à bout de souffle. Ca promet... François a l'air de pas trop mal s'en sortir, Anne galope comme un chamois, ça me décourage assez, mais bon, il n'existe pas d'autre route alors on avance! Enfin venue à bout de cette terrible montée, le guide me prévient que la montée du lendemain est carrément plus difficile que celle-là. Aaaaaaah! J'ai déjà plein de courbatures de la veille, j'ose même pas imaginer.

    Le chemin devient ensuite plus plat (ouf...) et nous offre des vues spectaculaires.



    Mais bientôt il va falloir commencer à redescendre... jusqu'à l'"Oasis", petit coin de paradis au fond de ce canyon, avec ses bungalow en bambou et ses piscines tant méritées.


     A gauche sur la photo ci-dessus, la partie finale de la 2ème journée, tout en bas, l'Oasis et ses piscines qui nous attirent comme des aimants, et à droite, le début du trajet du 3ème jour.

      Juste avant d'arriver à l'Oasis, quelques cascades...

DSCN3059.JPG
      Quand j'arrive à l'Oasis, je n'ai plus de jambes! La piscine fait du bien mais quand j'en sors je marche comme Forrest Gump petit avec ses armatures en fer (pour vous donner une idée...). C'est décidé, demain je choppe une mule pour me remonter car même sur du plat je n'arrive plus à marcher sans faire "aïe ouille ouch!". Paye ta sportive... :-S

    La nuit s'annonce à nouveau courte: le guide doit nous réveiller à 2h pour que nous partions à 3h. Finalement, il nous réveillera à 3h, à 3h15 nous partons. Je fais "aïe ouille ouch" jusqu'à ma mule et c'est parti pour 2h de montée (3h30 pour les valeureux qui le feront à pied). Au début les différentes mules sont assez espacées et forcément j'ai prêté ma lampe torche... je suis donc à dos de mule sur une corniche dans le noir complet, pas trop rassurée... :-S Mais au moins je peux regarder les étoiles, le ciel était magnifique. Par la suite, ma mule s'est placée entre 2 autres dont les cavaliers avaient une lampe torche, ce qui n'était pas forcément mieux car je voyais ainsi beaucoup mieux le vide (et les mules adorent s'en rapprocher, il faut le savoir! :-P). Lever de soleil progressif sur le canyon... impressionant.

      Nous arrivons au compte-goutte à Cabanaconde où nous petit-déjeunons. Puis nous nous rendons au lieu dit de "la cruz del condor", un endroit où beaucoup de condors passent... bon on en a vu aucun mais l'endroit était joli. Re-départ, vers Chivay cette fois-ci: nous allons nous baigner dans des eaux thermales super chaudes. C'est l'occasion pour moi de tester un nouveau moyen de transport: la moto-taxi:


    Après-midi tout relax à la piscine... assez iréel pour un 19 novembre mais bien sympathique. Je rassurerai les envieux en leur disant que nous avons quand même eu un peu de pluie chaque après-midi de notre passage dans le canyon. :-P

Publié dans voyages Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
C'est trop beau... Je suis en manque de voyage !!! Continue d'en profiter !!!