La vaste blague du FLE en France...

Publié le par Moustikus

    Lors de mon récent (et bref!) passage en France, j'ai eu le plaisir de recevoir dans ma boîte mail ce message du collectif FLE Attaque. Ce message ne donnera que peu d'espoir à celles et ceux souhaitant enseigner le FLE en France... Mais bon, au moins nous avons eu l'honneur d'apparaître en bonne page dans le "20 Minutes" lyonnais.
Et comme je suis un peu sadique, je ferai suivre ce message d'une photo prise à l'extérieur du secrétariat de FLE de l'Université Lyon 2 (les noms ont été effacés, pour protéger les coupables, comme on a coutume de dire...). Amusez-vous bien... :-S   et bon courage surtout!!

Pourquoi faire simple…. ? ou quand la préfecture du Rhône forme des formateurs-volontaires.

Le collectif FLE attaque a pour vocation d’informer sur un métier méconnu, celui d’enseignant de la langue française aux étrangers, et de défendre les droits des professionnels de ce secteur.

Différentes dépêches nous informent que, dans le cadre d’un programme d’enseignement du français et préparation au DILF (Diplôme Initial de Langue Française) à des adultes migrants, le département du Rhône s’apprête à recruter et former 137 « formateurs volontaires ». Ces derniers ( dont 47 agents de préfecture, 63 retraités de l’Education Nationale, 15 bénévoles de la Croix Rouge et 13 agents des collectivités territoriales) ont été réunis pour la 1ère fois le 11 octobre 2007 et recevront, à partir du 25 octobre,  une formation de 38h visant à leur donner les connaissances et les compétences pédagogiques nécessaires pour former et évaluer les groupes de migrants signataires d’un CAI. L’enveloppe totale du projet est de 2 millions d’euros dont 150 000 sont dévolus à la formation des futurs formateurs volontaires et 750 000 à leur rémunération. Une somme forfaitaire par stagiaire formé au Dilf sera allouée aux associations pour couvrir les coûts de structure et de défraiement des bénévoles. Par ailleurs, l'État financera la prise en charge pour les primo-arrivants des coûts de passage du Dilf, qui sont de 20 euros.

Le préfet du Rhône, M. Jacques Gérault, il souhaite que, à partir du 1er janvier 2008, "toute personne en situation régulière dans le Rhône se voie proposer un apprentissage effectif de la langue française sanctionné par le Dilf, ce qui correspond à la connaissance de 300 mots". L'objectif est que 500 personnes obtiennent le Dilf entre janvier et juin 2008. La formation au Dilf se déroulera sur une période maximale de 9 mois.

 
Une campagne de communication, avec numéro vert, sera lancée le 1er novembre pour faire connaître le dispositif, avec un affichage dans les centres sociaux, les mairies et les maisons du Rhône, et des plaquettes d'information multilingues disponibles dans les services de la préfecture, les mairies, les services publics, ainsi que les écoles, collèges et lycées.
La formation des enseignants volontaires est pilotée par le centre ressources "Savoirs et compétences Rhône", qui assure également le diagnostic territorial et l'évaluation du dispositif. Les 38 heures de formation se décomposent en quatre jours de formation sur les fondamentaux du dispositif et de la méthode, une journée de formation sur le terrain et un outil d'auto formation à l'aide d'un kit pédagogique. Les volontaires-formateurs sélectionnés à l’issue de la formation seront mis à disposition sur le territoire à partir du 1er janvier 2008. Il suivront entre 3 et 5 stagiaires par heure et percevront 25 euros brut par heure de cours.

 
Nous rappelons que, dans le domaine de l’enseignement de la langue française aux étrangers migrants, des professionnels qualifiés et compétents existent déjà. Les professeurs de FLE (Français Langue Etrangère)/ FLS/ Alpha sont formés dans des cursus professionnalisants de niveau Bac + 4 à Bac + 8. Ce sont des professionnels de terrain qui interviennent tant en France qu’à l’étranger sur diverses missions. Parmi celles-ci, l’enseignement de la langue française dans le cadre du Contrat d’Accueil et d’Intégration imposé à toute personne migrante souhaitant s’installer durablement en France.

Nous exprimons donc notre étonnement devant cette mesure, adoptée par le préfet du Rhône. Ignorerait-il qu’il existe des spécialistes tout à fait disposés à participer à ce type de programme ? M. Gérault suggère que "les volontaires qui le souhaitent puissent devenir examinateurs du Dilf dans les conditions définies par le CIEP. Il ne faut pas que cela soit réservé à des chapelles".

 
Nous ne comprenons pas non plus que M. Jean-Marie Besse, directeur du DIFLES (cursus de FLE) à l’Université Lyon 2, ne suggère pas l’embauche de personnels diplômés - lui qui en forme pourtant chaque année. En effet, une équipe d’une dizaine de formateurs d’enseignants avec des intervenants du DIFLES a été composée. M. Besse affirme que « la phase d’évaluation sera importante pour vérifier si ce qui est présenté comme une expérience permet d’atteindre les objectifs assignés ».

Nous sommes enfin quelque peu surpris devant la durée de la formation proposée : alors qu’un minimum de 1 an de formation théorique et pratique (après la mention de la licence) est requis pour le recrutement d’un enseignant de FLE-FLS-Alpha sur le même type de poste, il suffirait de 38h pour acquérir des compétences identiques ?

 
Nous ne mettons aucunement en cause la bonne volonté et la motivation des 137 formateurs volontaires investis dans ce programme, pas plus que le bien fondé de ce projet de formation qui se conçoit comme une anticipation et un élargissement des directives officielles. Nous aimerions seulement que soit justifié le choix d’intervenants extérieurs alors que les professionnels du FLE-FLS-Alpha, déjà touchés par la précarité d’un secteur d’emploi très aléatoire et par le chômage, pourraient occuper ces postes et permettre aux signataires du CAI de bénéficier d’une formation délivrée par des professionnels expérimentés.

 

Nous exprimons par avance nos remerciements à MM. Gérault et Besse, que nous allons contacter, pour leur attention et leur compréhension, et attendons leurs réactions afin que s’instaure un dialogue serein et constructif face à ces questions.

 

Le collectif FLE attaque,

 

Contact : fleattaque2@gmail.com

Site : www.metiersdufle.zeblog.com


DSCN2928chang--e.JPGSous-titre potentiel: "Comme je suis heureuse d'avoir mon Master 2 de FLE... maintenant je peux faire bénévole!!"

Publié dans enseignement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
LOL mais carrément quoi ! Ok c'est bien de donner du taf aux vieux (mais bon, retraités de l'éduc nationale...) mais à quoi ça sert que tu fasses 5 ans d'étude si tu peux faire la même chose en 38 heures??? ra la la...