Retour en arrière: du 4 au 6 août: Sucre et Tarabuco!

Publié le par Moustikus

       Après une nuit de route, nous voici à Sucre,  la capitale historique de la Bolivie! C'est ma ville "coup de coeur" dans ce pays, où je me verrais bien rester travailler un peu, d'autant plus qu'il y a une Alliance Française. En plus l'Alliance est située dans le centre historique, juste à côté du meilleur café qu'il m'ait été donné de connaître: des énormes petits déjeuners à en tomber par terre, des jus de fruits et des milk-shakes en veux-tu en voilà, mmmmm! :-)

      
Une charmante petite place au coeur de la ville...

      Nous en avons profité pour aller visiter la "Casa de la Libertad" où fut signé l'acte d'Indépendance de la Bolivie, haut lieu historique donc.



      C'est ici que nous avons eu la meilleure guide de tout notre séjour, et une visite très intéressante, retraçant toute l'histoire de la Bolivie, ses héros, ses présidents (qui ont quasiment tous leur portrait dans une galerie, Evo inclu). Elle a notamment parlé d'une héroïne nationale qui menait des rébellions avec des centaines d'hommes sous son commandement et qui combattait même enceinte, interrompant un instant la bataille pour aller accoucher derrière un buisson et repartir à cheval... on espère qu'ils ont enjolivé la chose!!

      Lors de notre passage à Sucre, on était en pleins préparatifs pour la fête nationale qui est le 6 août. Remarquez au passage le petit macaron aux couleurs de la Bolivie que je porte à mon sac  ;-)

SANY0288.JPG
      Mais l'arrivée de la fête nationale était aussi l'occasion pour certains groupes d'Indigènes de revendiquer leurs droits et donc de manifester.


       Un soir, nous avons assisté à un défilé de l'armée bolivienne, que nous avons trouvé désordonnée au possible, les hommes se rentrant dedans aux virages, ne tenant pas tous leur drapeau ou étendard bien droit ou dans le même sens, et certains militaires prenant la liberté de quitter les rangs pour se balader dans la ville: du jamais vu!! Est-ce là la raison de toutes leurs défaites???


       Le lendemain, dimanche, on partait en excursion dans un village des alentours, Tarabuco, pour y visiter son marché artisanal.

           Au menu: des étoffes, des étoffes, encore et toujours des étoffes!

DSCN1567.JPG
SANY0315.JPG
        On y trouvait aussi des vêtements en alpaga ainsi que des costumes locaux. Les chapeaux que portent ces Indiens sont assez étonnants.

DSCN1568.JPG

        Les femmes portent ceux à gauche et les hommes celui de droite, sorte de remix des casques des Conquistadors espagnols.

        Tarabuco, un petit village de campagne paisible... (bon, sauf le dimanche quand les touristes débarquent... :-S )


        Le lendemain, lundi 6 août, jour de la fête nationale bolivienne! Grande nouvelle dans les journaux du matin, le Président Evo Morales est à Sucre pour faire un grand discours depuis la Casa de la Libertad! On se rend donc sur la place principale, dans l'espoir de l'entr'apercevoir à sa sortie.

          Olive se paye une place de choix pour observer le défilé (qui durera toute la journée!) et attendre la sortie d'Evo...

SANY0343.JPG
      Les Boliviens, en attendant, ont sorti leurs drapeaux de la Bolivie, et ceux de la ville de Sucre (la croix rouge sur fond blanc) et scandent des slogans.

PICT0215.JPG
      La fête nationale était en effet l'occasion pour les habitants de Sucre de réclamer une nouvelle fois que leur ville concentre les trois pouvoirs, comme elle est la capitale historique de la Bolivie.



        On a pu se rendre compte aussi de la haine que les habitants de La Paz vouent à ceux de Sucre, et vice-versa. Ils s'étaient même menés une guerre sanglante pour obtenir la capitale, et la solution trouvée alors ne satisfait ni les uns ni les autres....




        Sur la vidéo, on peut entendre les habitants de Sucre crier "Fuera, fuera!" (litéralement "dehors!", "allez vous-en!") aux habitants de La Paz qui étaient venus et avaient sorti leurs drapeaux.

     Au final, Evo est sorti de longues heures après notre arrivée et très rapidement qui plus est. Seul Olivier a pu l'entr'apercevoir. Moi je n'ai vu qu'une foule agitée, des men in black, et des flashs...

         A la fin de la journée, nous reprenions le bus, direction Potosí...

Publié dans voyages Bolivie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article