Quand on arrive en ville...

Publié le par Moustikus

       Pour cette article, je vais reprendre un passage de "L'auberge espagnole" et quelques photos antérieures au Chili...

      Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective, des suites de bâtiments, vides de sens. Tout est inconnu, vierge.

      Voilà, plus tard on aura habité cette ville, on aura marché dans ces rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ces bâtiments, 

IMG-0909.JPG

 on aura vécu des histoires avec des gens.

 Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura prise 10, 20, 1000 fois.

 Santa Isabel, Baquedano « Señores pasajeros, estacion Baquedano, lugar de combinacion a linea uno / Por favor, deje bajar antes de subir / Precaucion comienza el cierre de puertas », Alameda, Los Heroes, Bernardo O’ Higgins, Matta, Pedro de Valdivia, Lord Cochrane, Toesca, empanadas, completos, sopaipillas, palta, churrasco, micro, Transantiagooooo, “po”, “cachay”, ...

Au bout d’un moment, tout ça vous appartient parce qu’on y a vécu.


Voilà, j'approche de la fin du stage, et j'commence à faire la liste de tout ce que j'aurais voulu faire au Chili et que j'ai pas eu le temps de faire, tout ce que j'avais dit que je ferais et que j'ai pas fait. 
J'ai sans doute raté plein de trucs.

Publié dans vie perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Son vidas, calles, ciudades, gente, todo nuevo, todo vuelve a comenzar, pero más que todo eso dejas personas que sienten, corazones que laten, mentes que piensan, dejas sueños que vuelan, ilusiones que nacen, flores que se marchitan con tu partida… Ce sont des vies, des rues, des villes, gens, tout nouveau, tout recommence à commencer, mais plus que tout cela tu abandonnes des personnes qui sentent, des coeurs que laten, esprits qui pensent, toi laisses sommeils qui volent, illusions qui naissent...Fleurs qui se fanent avec ton partie. There are lives, streets, cities, people, all new, everything returns to begin, but more than all that you leave persons that feel, hearts that laten, minds that think, you leave dreams that fly, illusions that they are born... The flowers died when you leave us.